Le développeur de thérapie cellulaire Unum restructure

Le développeur de thérapie cellulaire Unum Therapeutics mettra à pied 43 employés dans un pivot de recherche, annonçant lundi une restructuration visant à concentrer les ressources de biotechnologie de Cambridge, dans le Massachusetts, sur un traitement préclinique du cancer.

Unum, qui se négocie maintenant à moins de 1 $ par action, conclura deux études de phase 1 testant une technologie de récepteur des cellules T qui a représenté une grande partie des efforts de développement de médicaments de la société à ce jour. Au lieu de cela, Unum s’efforcera d’obtenir l’approbation de la Food and Drug Administration pour commencer les tests humains sur une autre plateforme de thérapie cellulaire, surnommée Bolt-On Chimeric ou BOXR. Unum espère déposer une demande de nouveau médicament expérimental auprès de l’agence d’ici la fin de 2020.

Aperçu de la plongée:
Unum est devenue publique en 2018, attirant 62 millions de dollars lors d’une première offre d’actions en avril. Peu de temps après, cependant, les actions de la société ont commencé une baisse régulière qui a érodé une grande partie de la valeur marchande d’Unum. La restructuration annoncée lundi gardera les lumières allumées un peu plus longtemps, repoussant la piste de trésorerie de la société du début de 2021 au milieu de l’année. Mais cela se fera au détriment d’une grande partie de la main-d’œuvre d’Unum, qui diminuera d’environ 60%.

Seth Ettenberg, directeur scientifique de l’entreprise, a démissionné au bout de cinq ans au sein de l’entreprise. Les deux études de phase 1 qui seront conclues testaient la plate-forme de récepteur de cellules T couplées aux anticorps d’Unum, que la société a positionnée comme une alternative potentielle aux thérapies à base de cellules CAR-T.

L’un testait le candidat ACTR-707 d’Unum en combinaison avec Rituxan comme traitement pour le lymphome, tandis que l’autre le jumelait avec Herceptin pour traiter les tumeurs solides HER2 positives. Les ressources d’Unum iront plutôt vers sa technologie BOXR à un stade plus précoce, qui associe un récepteur de ciblage à un transgène boulonné qui, espère la société, peut améliorer la fonction des cellules T.

Le premier candidat, BOXR1030, exprime une CAR ciblant la protéine glypican-3 (GPC3) et incorpore un gène conçu pour stimuler le métabolisme des lymphocytes T. Unum a présenté les données précliniques du candidat en novembre de l’année dernière et espère les développer pour les cancers qui expriment GPC3.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *